Benoît Cauvin

Dr Tony Mass R.Usuf

IMAG1299

 

LUI : Dr Tony, médecin multi-tâches. Personnage haut en couleurs, touche à tout, curieux, toujours le sourire et décontracté. Les heures passées à discuter ensemble ont été un régal. Il combine différentes médecines. Il prône la simplicité et l’efficacité des pratiques, et la pêche à la ligne le week-end pour se changer les idées.

Où? : dans son cabinet (son laboratoire!) à Pita Kotte, dans la banlieue de Colombo, où je l’ai rencontré pour la première fois. Le patient torse nu présentait sur sa peau les marques pourpres des ventouses.

Pratique : Peu de pratiques manuelles si ce n’est dans la pose des ventouses où il doit sentir l’accroche. C’est un médecin conventionnel qui pratique toute sorte de médecines alternatives. Ses trois préférées sont : la médecine biochimique de Schussler, l’acupuncture et l’homéopathie. Il pratique aussi la chromothérapie, les ventouses (cupping), les sangsues et autres pratiques exotiques. Il teste et combine ces médecines selon les symptômes et les patients.

Echanges : très intéressants, nous avons beaucoup discuté sur la disparition des médecines traditionnelles et leurs intérêts. Je lui ai montré le film sur ma pratique, il m’a répondu qu’il aurait adoré apprendre ça mais qu’il n’y avait pas d’écoles au Sri Lanka ! Ca lui aurait fait un diplôme de plus à accrocher sur son mur qu’il a peint lui même selon les principes de chromothérapie, pour donner une bonne énergie aux patients.

Cupping thérapie : les ventouses sont habituellement utilisées en médecine chinoise pour absorber les oedèmes. Le sang stagnant passe à travers la peau. La couleur et la quantité indiquent l’état des humeurs du patient. Ici, l’utilisation est différente. Le Dr Tony pose ses ventouses essentiellement pour les patients qui ont des douleurs chroniques. Les grosses ventouses lèvent les contractures musculaires. Il les pose sur la zone, aspire avec la pompe puis cherche l’accroche. Quand il sent une sorte de vague, il demande au patient si la douleur est là. Si c’est le cas, il les laisse 5, 10 ou 15 minutes selon la douleur. Les petites ventouses sont utilisées différemment : une sur l’émergence de la racine nerveuse rachidienne et une sur le dermatome qu’il souhaite stimuler. Pour avoir testé, on a à la fois un effet mécanique (levée d’adhérence, relâchement musculaire) et à la fois un effet vasculaire réflexe.

1,496 total views, 1 views today