Benoît Cauvin

Pinda Swedhana

Une des caractéristiques de la médecine traditionnelle ayurvédique est celle d’associer les techniques manuelles aux plantes médicinales. Les effets du massage mécanique (comme l’augmentation du débit sanguin) sont couplés à ceux de la chimie des plantes et de leurs principes actifs, très actifs même (qui passent ainsi plus facilement dans le sang et les tissus). Voici un autre exemple de cette association mécaniquo-chimique, le « Pinda Swedhana » que j’ai découvert à Jaffna dans le nord de l’île, dans un pavillon avec un immense jardin truffé de plantes médicinales qui poussent à l’état sauvage. J’ai été accueilli par une famille dont la fille souffrait d’une sciatique aigüe afin d’effectuer une séance d’ostéopathie.

Je revenais d’une balade dans les cités anciennes D’Anurâdhapura. Ces cités sont vieilles de 2500 ans et ont marqué les débuts du Bouddhisme au Sri Lanka. Elles ont été délaissées vers l’an 1000 par les rois pour une autre capitale plus prospère et plus éloignée des hindouistes avec lesquelles ils enchaînent les guerres. La jungle y a repris ses droits et ce n’est qu’au 19è siècle qu’un anglais redécouvrit ces cités perdues.

 

 

1,394 total views, 1 views today